En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Actualités

M.TOUBLANC nous quitte !

Par PASCALE CHARRIER, publié le mardi 3 juillet 2018 10:03 - Mis à jour le dimanche 8 juillet 2018 21:48
DSC_9235_DxO (Copier) [Largeur max. 1024 Hauteur max. 768].jpg
C'est l'Anjou qui a gagné ... M. Toublanc regagne son petit Liré. Cet appel de Joachim Du Bellay est décidément irrésistible.

Lundi 2 juillet ... tout le collège est complice. Rendez-vous au gymnase à 13h30 pour tout le monde, sauf pour notre CPE retenu par le Principal qui fait diversion.

Quelques groupes d'élèves sont restés dans le hall, dans la cour, pour ne pas éveiller les soupçons. Et M. Toublanc arrive dans le gymnase, il semble qu'il y ait eu un blessé en sport ... ce n'est pas un élève mal en point qu'il y trouvera.

Tout le collège est réuni, élèves et enseignants, actuels et anciens, ceux qui ont pu répondre présents à l'alerte : notre CPE s'en va ... et 18 ans de vie accourt au collège pour dire au revoir ...

Nos élèves ont préparé des cadeaux, des slams et "the CPE" est bien obligé de "faire un discours" ! Il nous quitte pour revenir chez lui, car il est angevin. Il part pour le Lycée Joachim Du Bellay. Quand il est arrivé à Landivy, il pensait repartir rapidement vers son bel Anjou, il était en exil. Mais il nous semble que tout de même, Landivy, c'est devenu un autre chez lui, après 18 années ensemble, à vivre au collège tant d'aventures attachantes et inattendues ... et ce qui est certain, c'est que nous, nous allons ressentir un grand vide !

 

 

Une petite BIP à ce fidèle Brigadier des Interventions Poétiques :

Heureux qui, comme DAMIEN, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux, (...)

Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air LANDIVYSIEN la doulceur angevine.

Oui Monsieur Du Bellay, c'est vous qui avez gagné. Vous serez bien aimable de nous passer cette petite écorchure à votre poème. C'est tout de même à cause de vous qu'il nous quitte.